Quand la roue des mondes s’arrête net de tourner, karma, karma pas (ata mura).

extrait de Une saison dans l’Donjon, oeuvre en progrès.

Eagle Tower et Inner Bailey. Courtoisie de Ruth Dean, 1972. © Copyright Alison Stones. Source : cliquer.

ata mura

Quand la roue des mondes s’arrête net de tourner, elle attire instantanément et brusquement à elle, avec une force décuplée par le choc du freinage, tout ce qui s’apprêtait à  tourner, et l’impact de tout cet à-venir qui rapplique à vitesse brusquement accélérée relance immédiatement la roue en marche à la manière d’un gant qu’on retourne – et tout ce futur gigantesquement contrarié et retourné d’un coup comme un sol, envahit le passé et des deux s’épousent. Se confondent. Comme toujours, vraisemblablement.

Telle est la source de la douceur et de la férocité futures.

Telle est la source de la douceur et de la férocité passées.

C’est une même source dont tout sourd en temps d’instant.

Karma, karma pas.

Une saison dans l’Donjon, oeuvre en progrès.

© copyright 2011 Hamilton-Lucas Sinclair (cliquer)

Icerocket  Blogsurfer

This entry was posted in Fiction and tagged , , , , , . Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s