Thé ouvert. Lire les pages vertes.

*

Plantation de thé oolong n° 17, Doi Mae Salong, province de Chiang Rai, Thaïlande. Le nom du photographe apparait au bas de la photo, à droite: Pierre-Amand Chouvy, 2006. Source : cliquer.

On aperçoit sur la photo, au milieu, la trace intérieure de l’épine du livre, ouvert souplement sur le sol, ses pages de thé vert mollement retombantes en plein soleil. Une écriture insondable qui coule en rangs tranquilles, et qui faute d’être lue veut se faire boire, comme la mer, avec ses vagues qui ondulent, pas pour rien.

Le scribe n’est pas impersonnel. Le scribe est en existence. Le scribe est et devient. On ne sait pas, “je” ne sais pas, qui est le scribe. Il n’est pas impersonnel. Il ne cesse de tracer. Sillons, plantes. Lèvres et planètes.

© copyright 2011 Hamilton-Lucas Sinclair (cliquer)

Icerocket  Blogsurfer

This entry was posted in Articles and tagged , . Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s